Comment reprendre la main face au pistage en ligne ?

Imaginez un peu : vous arrivez pour la première fois sur un site web que vous ne connaissez pas et qui regorge d’annonces liées à de précédentes recherches… Ce scénario vous est familier ? Pas étonnant, il se produit tous les jours sur Internet. Cela peut paraître effrayant quand on ne comprend pas pourquoi on voit ces publicités, mais cela devient clairement gênant lorsque les annonces que vous voyez tentent d’influencer vos opinions politiques. À l’approche de nouvelles élections dans l’Union européenne, au Canada et aux États-Unis, il est important de comprendre comment le pistage en ligne peut vous influencer.

Qu’est-ce que le pistage ?

Quand on navigue de site en site, il est fréquent d’être pisté par des outils qui collectent des données sur notre parcours et nos activités à l’aide de scripts, de widgets ou même de minuscules images invisibles appelées pixels de pistage, qui sont directement intégrés aux sites visités.

Que se passe-t-il lors d’un pistage ?

Les informations de pistage sont stockées par les sites web dans de petits fichiers appelés cookies. Ceux-ci peuvent être stockés sur les navigateurs de votre ordinateur, de votre smartphone ou de votre tablette. Lorsque vous revenez sur une page ayant créé un cookie, celle-ci vous reconnaît grâce à cette information. Les cookies peuvent aider un site web à mémoriser votre nom d’utilisateur, votre mot de passe ou encore ce que vous avez laissé dans un panier. Ils peuvent ainsi vous faire sauter plusieurs étapes et vous faire gagner du temps.

Mais les cookies peuvent également collecter de nombreuses informations précises à votre sujet. Ils sont par exemple capables de collecter des informations sur vos centres d’intérêt, votre lieu de résidence, votre religion, votre activité sur Internet et les personnes avec qui vous communiquez en ligne.

Sur la base de ces informations, les pages peuvent ensuite vous montrer des contenus plus pertinents pour vous. Cela se fait généralement sous forme de publicité. De nombreux blogs et articles de presse sont proposés gratuitement parce que les opérateurs de sites web affichent des publicités. Lorsque vous voyez les annonces sur ces sites, cela génère des revenus pour les personnes ou les organisations qui en sont à l’origine.

D’où viennent ces cookies et à quoi servent-ils ?

Il existe deux grands types de cookies : les cookies propriétaires et les cookies tiers. Les premiers sont placés par l’opérateur d’un site web et peuvent améliorer votre expérience utilisateur. Les cookies tiers, en revanche, ne proviennent pas de l’opérateur du site, mais d’entités distinctes dont vous n’avez probablement jamais entendu parler et avec lesquelles vous n’avez pas explicitement accepté de partager vos informations. À votre insu, ces parties tierces placent des cookies sur de nombreux sites web, collectant ainsi une multitude de données sur chacun d’entre nous.

Les algorithmes peuvent utiliser ces informations pour créer un portrait de vous très précis. Un peu comme si quelqu’un vous suivait dans la vie réelle, documentant soigneusement tous vos faits et gestes, et utilisait ensuite toutes ces informations pour vous montrer des publicités.

Ces données sont très précieuses, c’est la raison pour laquelle l’ensemble de l’industrie s’est développée autour de leur commercialisation. Curieusement, même si ces données vous concernent directement, vous n’avez aucun droit de regard ou de contrôle sur leur accès, leur utilisation ou encore leur commerce.

La puissance des données

Toutes ces données réunissant vos préférences, vos activités en ligne et vos achats peuvent également être utilisées pour vous présenter des contenus, dont certains contiennent des points de vue très spécifiques et visent à orienter votre opinion. À une époque où la désinformation règne, il est possible de ne pas remarquer qu’il existe des opinions différentes sur un sujet tout simplement parce qu’elles ne sont pas visibles sur Internet. Et dans ce cas, disposer d’une vue d’ensemble nécessite parfois plusieurs heures de vérification et de recherche d’informations.

Utiliser des données pour manipuler les opinions publiques peut vite prendre des airs de théorie du complot, mais c’est hélas une réalité. Le scandale de Cambridge Analytica impliquait des parties tierces qui exploitaient les données d’utilisateurs et d’utilisatrices de Facebook pour créer des publicités ciblées dans une tentative d’influencer le résultat des élections américaines de 2016. Depuis, de nombreux gouvernements ont dû prendre des mesures pour protéger leurs citoyens de manœuvres similaires.

Tout espoir n’est pas perdu

À quelques semaines des élections européennes, cette question est plus que jamais d’actualité. Des organisations tierces continuent d’utiliser les informations qu’elles peuvent acheter sur vous pour tenter de vous influencer. Et grâce aux informations qu’elles peuvent extraire de vos données, elles savent exactement quels types de messages peuvent obtenir votre soutien ou, au contraire, susciter votre colère. Dans certains cas, elles peuvent même utiliser de fausses informations pour vous manipuler.

De nos jours, beaucoup de gens s’informent par le biais des réseaux sociaux ou de sources d’informations très orientées. Cela a pour effet de les placer dans une sorte de « bulle d’informations filtrées » où les contenus qu’ils consomment finissent par confirmer leurs points de vue. Trouver des faits objectifs ou comprendre l’ensemble d’une histoire nécessite un effort conscient.

Ce que vous pouvez faire

Même si la situation semble peu réjouissante, il existe des moyens de se protéger contre le pistage. Sur la plupart des navigateurs, l’utilisation des modes privés garantit que votre historique de navigation n’est ni sauvegardé ni collecté par des tiers. Firefox, cependant, va encore plus loin en vous permettant de personnaliser le degré de confidentialité dont vous avez besoin. Ainsi, si vous souhaitez surfer sur Internet en réduisant le pistage dont vous êtes l’objet ou au contraire continuer à partager vos informations avec les sites web que vous aimez et que vous souhaitez soutenir, voici comment faire :

Firefox propose une solution supplémentaire pour Facebook : Facebook Container. Cette extension de Firefox limite le pistage effectué par Facebook à ce que votre activité sur son réseau. Dès que vous êtes sur un autre site, les organisations tierces ne peuvent plus voir ce que vous faites : les outils de pistage de Facebook ont l’impression que vous êtes déconnecté(e) ou que vous n’avez pas de compte. Résultat, la quantité d’informations que les organisations tierces travaillant avec Facebook peuvent collecter à votre sujet sont limitées.

Pourquoi faisons-nous tout cela et qu’avons-nous à y gagner ?

Firefox est soutenu par l’organisation à but non lucratif Mozilla. Notre mission est de faire en sorte que le Web soit une ressource publique mondiale, ouverte à tous.

 

Cet article est également disponible en : English (Anglais) Deutsch (Allemand)